Retrouvez nous régulièrement sur cette page afin de découvrir les derniers articles, informations ou magazines « autour d'un bon feu de bois ou granulé ».

Magazine(s) à télécharger, cliquez sur l'icône du magazine souhaité pour une consultation directe :

 
 

L’atlas réalisé par le magazine Chauffage Bois Aujourd’hui en 2019 recense les 199 producteurs de bois de chauffage situés en France et adhérents des marques qualités France Bois Bûches (notés FBB dans les tableaux), certifiés NF Biocombustibles solides, ou labellisés ONF. 

L’atlas comporte le nom, la ville, le code postal et l’adresse du site internet du producteur, dans la mesure où cette information était disponible.

Pour retrouver la liste complète des producteurs français de bois de chauffage labellisées ou certifiées, consultez le magazine chauffage au bois N°1 présent ci dessus.

Gère ton feu comme Peter – Bois de chauffage – France Bois Bûche

Allume ton feu comme Peter – Bois de chauffage – France Bois Bûche

Pollution : le gouvernement veut diviser par deux l'impact du chauffage au bois domestique

Le gouvernement veut "développer un chauffage au bois domestique plus performant et réduire de 50% ses émissions de particules fines". Ce mode de chauffage rejette beaucoup de particules fines lorsque les appareils sont vétustes. 

Article rédigé par

franceinfo

Radio France

Publié le 14/04/2021 07:43

 Temps de lecture : 2 min.

Un poêle à bois domestique (image di'llustration) (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

Un poêle à bois domestique (image di'llustration) (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

Barbara Pompili présente ce mercredi un "projet de plan d'action" pour "développer un chauffage au bois domestique plus performant et réduire de 50% ses émissions de particules fines", indique un communiqué du ministère de la Transition écologique. Il s'agit notamment d'accélérer le renouvellement des vieux poêles à bois et des vieilles cheminées et développer l'utilisation de combustibles de qualité. Ce projet, basé sur les travaux préparatoires du Conseil national de l’air, est soumis à la consultation du public.

Le chauffage au bois responsable d'une grande partie des émissions de particules fines

Le chauffage au bois domestique est le "premier émetteur de particules fines en France", qui sont considérées comme cancérogènes pour l’homme, souligne le ministère. En 2018, le chauffage au bois domestique était "responsable de 43% des émissions nationales" en particules fines "PM 2,5, ainsi que plus de la moitié des très fines émissions en PM 1,0". Cela est lié à la "combustion dans de mauvaises conditions" des buches de bois ou granulés de bois, qui sont pourtant "une source d’énergie renouvelable et neutre en carbone qu’il faut encourager".

Ce mardi 13 avril, les députés ont voté, dans le cadre de la loi Climat, "l’objectif d’une baisse de 50% des émissions de particules fines entre 2020 et 2030 dans les territoires les plus pollués". Le plan d’action "chauffage au bois domestique performant" soumis ce mercredi, doit permettre de remplir cet objectif.

Accélérer le renouvellement des appareils de chauffage au bois

Parmi les six axes de son plan d'action, le gouvernement propose de "renforcer et simplifier les dispositifs d’accompagnement pour accélérer le renouvellement des appareils de chauffage au bois". 600 000 appareils seront remplacés d’ici 2025 grâce aux aides à la rénovation énergétique des logements et aux fonds air bois mis à disposition par les collectivités et l’Ademe. Pour sensibiliser les utilisateurs, la "vétusté d’un appareil de chauffage au bois sera indiquée dans le nouveau diagnostic de performance énergétique". Le "label flamme verte" sur les équipements de chauffage doit être amélioré.

D'autre part, le ministère veut "promouvoir l’utilisation d’un combustible de qualité en développant un label pour attester de la qualité du combustible (faible taux d’humidité) et de son origine (issu de forêts gérées durablement)". Le "marché formel de la bûche" devra passer de 20% des bûches utilisées à 40%. Le plan a aussi l'objectif "d'améliorer les connaissances sur l’impact sanitaire des particules issues de la combustion du bois".

"Le plan d’action que nous proposons vise à œuvrer pour la cause climatique en promouvant un chauffage au bois plus performant tout en améliorant la qualité de l’air, sans les opposer", affirme Barbara Pompili dans ce communiqué.

Flambée des prix de l'énergie : les poêles à granulés, un bon plan pour se chauffer ?

Flambée des prix de l'énergie : les poêles à granulés, un bon plan pour se chauffer ?

DÉCRYPTAGE - Depuis plusieurs mois, les prix des sources d'énergie augmentent. De plus en plus vogue, les poêles à granulé constituent-ils un bon plan pour se chauffer ?

M.G - Publié aujourd’hui à 10h02

Lorsque les températures sont en baisse, le chauffage devient l’une des priorités des Français. Les habitants de l'Hexagone y consacrent chaque année 1700 euros, en moyenne. Depuis 10 ans, le bois est la seule source d’énergie qui n’a pas augmenté. C'est sans doute pour cela que, chaque année en France, 380.000 appareils de chauffage l'utilisant sont vendus. Des chiffres qui pourraient encore augmenter (de plus de 20% selon les experts) en 2021.  

TOUTE L'INFO SUR LA FLAMBÉE DES PRIX DE L'ÉNERGIE

Cette tendance n'a rien de surprenant tant le chauffage au bois devient avantageux. Tous les appareils utilisant ce matériau peuvent bénéficier de MaPrimeRénov, une aide de l’état mise en place en janvier 2020 et pouvant monter jusqu’à 3000 euros. Par ailleurs, cela reste beaucoup moins cher que les autres sources d’énergie. "Aujourd’hui, quelqu’un qui va chauffer au fioul va dépenser en moyenne 1400 euros par an. Pour l’électricité, ce tarif monte à 1600 euros, de même que pour le gaz", confirme Benoît Quennelle, gérant de la société Énergie verte, à Quesnoy-sur-Deûle (Nord). 

Moins gourmands que les cheminées

Outre les traditionnelles cheminées, une nouvelle alternative émerge : les poêles à granulés. Pour se démarquer des traditionnelles (et appréciées) cheminées, ces derniers affichent un prix souvent plus modeste, avec une entrée de gamme autour des 2500 euros. Surtout, ils se montrent moins gourmands. Ainsi, une palette et demie voire deux palettes de granulés (soit 600 euros) suffisent pour tenir une année. Au contraire, il faut compter 12 stères de bûches pour une cheminée (environ 850 euros). Sans compter le fait qu'elles soient plus encombrantes. 

Pour les appareils de chauffage au bois, un entretien est nécessaire. Il est même obligatoire, un justificatif devant être régulièrement fournis à l'assurance. Il faut donc le prendre en compte dans le budget. "En général, un entretien sur un poêle à pellet peut tourner autour des 150 euros en pleine saison. Pour les cheminées, cela coûte 60-70 euros", indique Jessy Faille, chauffagiste ramoneur à Noyelles-sur-Escaut (Nord). 

Enfin, outre l'aspect économique, le poêle à granulés apporte une plus-value sur le plan technologique. "De son travail, on peut allumer le poêle et lui demander une autre température de chauffe ", souligne Ludovic Huguet, responsable du magasin Brisach à Seclin. Un outil qui permet de faire des économies. "Dès que la température est atteinte, comme un chauffage normal, il va s’éteindre automatiquement", ajoute-t-il. 

Mesure covid19 012021